Newsletter : restons en contact

Désamiantage mode d'emploi

Titre article

Désamiantage mode d'emploi

Astuces et Conseils
Publié le 27/06/2022

L’utilisation massive de l’amiante dans la construction, à partir des années 1960, est une véritable catastrophe sanitaire. Résultat : un désamiantage de grande ampleur des bâtiments entrepris depuis déjà trente ans. Explications.

L’amiante massivement employée dans les années 1960

Années 1960, le BTP est en pleine effervescence. Des immeubles truffés d’amiante poussent comme des champignons. À l’époque, on ignore que ces silicates magnésiens ou calciques sont hautement toxiques et on l’emploie massivement.

Il est vrai que l’amiante offre une excellente résistance à la chaleur, au feu, à la tension, aux agressions électriques et chimiques. On calfeutre donc à tour de bras avec de l’amiante. Bientôt, on le retrouve sous forme de feuilles, feutres, colles, mastics, plaques cartonnées. On le tresse ou on le tisse, on l’incorpore dans le ciment, les liants, les joints, le mortier à base de plâtre, le béton bitumineux, les matériaux de friction…   

Bref, quasiment toute la population a pu être exposée à un moment aux fibres d’amiante. Comment désamianter son bien si tel est le cas ?

bon à savoir

Trois types d’amiante 

On trouve, dans les bâtiments notamment, trois types d’amiante. La taille de leurs fibres est différente, mais on peut les retirer au moyen d’un aspirateur HEPA. Le type d’amiante le plus dangereux est la crocidolite, avec un diamètre de fibres variant de 0,7 à 0,9 micron. L’amosite, plus rare (diamètres des fibres : de 0,20 à 0,26 micron), ne peut être éliminée qu’à l’aide d’un aspirateur HEPA industriel. Le type le plus commun est le chrysotile. Le diamètre des fibres va de 0,5 à 0,6 micron.

un produit très toxique

L’amiante est responsable chaque année de 3 000 à 4 000 maladies professionnelles reconnues comme étant liées au travail, selon le site Ameli de l’Assurance maladie. Car, comme le rappelle l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles), « de 400 à 500 fois moins épaisses qu’un cheveu, les fibres d’amiante sont facilement inhalées ». En se déposant dans les poumons, elles entraînent des pathologies graves (cancers, fibroses ou asbestose…).

En tout cas, les effets sur la santé d’une exposition à l’amiante surviennent souvent plusieurs années après le début de l’exposition.  

Une interdiction en 1997

L’usage de l’amiante est interdit par le décret n° 96-1133 du 24 décembre 1996 relatif à l’amiante, pris en application du Code du travail et du Code de la consommation. La France est le huitième pays européen à le faire (pour en savoir plus sur cette interdiction, aller sur www.senat.fr). 

Le B. A. -BA du désamiantage

Qui désamiante ?

La réglementation est très claire : seule une entreprise spécialisée peut désamianter. Les entreprises de désamiantage doivent obligatoirement être certifiées. Depuis juillet 2014, celles qui opèrent sur des terrains amiantifères doivent également justifier de la certification. Tous les professionnels du désamiantage doivent respecter les exigences de la norme française NFX 46 0 10, ainsi que l’Afnor et Qualibat pour démontrer leur capacité à réaliser les travaux de traitement de l’amiante. Les certifications sont délivrées aux entreprises accréditées par le Comité français d’accréditation.

Quand effectuer un diagnostic ?

Le désamiantage consiste à retirer scrupuleusement tous les matériaux contenant de l’amiante. Il se fonde sur les résultats d’un diagnostic amiante.

bon à savoir

Le diagnostic amiante

  • Il est obligatoire lors de la revente ou la destruction d’un bâtiment dont le permis de construire a été délivré avant le 1er juillet 1997, ou lors de la réalisation d’un dossier technique amiante (DTA) pour les immeubles de bureau ou de grande hauteur recevant du public. 
  • Le diagnostic concerne les locaux commerciaux, les maisons individuelles, les caves et les appartements au sein d’immeubles collectifs.
  • Il est réalisé par un diagnostiqueur agréé ayant suivi une formation certifiée.
  • Pour les appartements, le diagnostic porte sur les parties privatives (appartement, cave, garage, etc.).
  • Le diagnostic doit être effectué avant la vente du bien et être annexé à la promesse de vente (ou l’acte de vente).
  • Si le logement ne contient pas d’amiante, le rapport est valable à vie. Si le diagnostic a été établi avant le 1er janvier 2013, il doit être renouvelé en cas de vente du logement, même s’il n’y a pas d’amiante.

Si le diagnostic ne révèle aucune présence d’amiante ou une quantité extrêmement faible, il n’y a aucune obligation de désamiantage. Mais une surveillance doit être assurée en cas de risque de dégradation des matériaux contenant des fibres d’amiante.

En revanche, si la quantité d’amiante est supérieure à cinq fibres d’amiante par litre d’air, des travaux doivent être réalisés par une entreprise certifiée dans les 36 mois suivant le diagnostic.

Les grandes étapes du désamiantage

  1. DÉPOUSSIÉRAGE : Un chantier de désamiantage obéit à des règles strictes. Il commence par un dépoussiérage de toutes les surfaces contenues dans l’aire du chantier.  
  2. CONFINEMENT : S’ensuit le confinement avec test au fumigène. La zone à traiter doit, en effet, être totalement confinée, donc rendue étanche pour éviter que les fibres d’amiante se propagent à l’extérieur.
  3. ENLÈVEMENT : Puis vient la phase de l’enlèvement de l’amiante. C’est lors de cette étape que l’entreprise procède au véritable désamiantage. Et plusieurs méthodes peuvent être employées pour retirer l’amiante.

rappel : les méthodes de désamiantage

Le retrait : les éléments contenant de l’amiante et ceux qui ont été en contact direct avec l’amiante sont arrachés grâce à des techniques spécifiques permettant d’éviter la prolifération des fibres d’amiante. 

L’encapsulage : lorsque le produit amianté ne peut être retiré sans créer de forts risques de contamination pour les professionnels, ceux-ci pourront utiliser la technique de l’encapsulage, c’est-à-dire une pulvérisation de produits surfactants pour solidifier tous les éléments. 

Le recouvrement : par ragréage, collage d’un revêtement ou encore pose d’un sol souple.

Avant de terminer un chantier de désamiantage, les techniciens procèdent à un nettoyage fin. Lorsque l’amiante est démantelé, les surfaces sont aspirées avec un filtre absolu et brossées. Enfin, des contrôles sont diligentés. Objectif : s’assurer que l’amiante a disparu. Il ne faut évidemment pas négliger la gestion des déchets. Ils doivent être acheminés vers un centre de traitement spécialisé qui délivre alors un certificat prouvant la bonne gestion des déchets dangereux.

combien coûte un désamiantage ?

Il faut d’abord débourser entre 70 et 150 € pour obtenir le diagnostic amiante d’un appartement. Si des traces d’amiante sont découvertes, les entreprises sollicitées pour effectuer le désamiantage sont tenues d’établir un devis. Ensuite, le coût du désamiantage dépend du type d’amiante à éliminer, de la quantité de matériaux, des endroits où il faut aller chercher l’amiante, de la durée du chantier, de la procédure de gestion des déchets, ainsi que les moyens utilisés pour protéger les lieux et les personnes lors du chantier. En règle générale, il faut compter entre 20 à 40 €/m2 pour un mur extérieur en fibrociment ; le désamiantage d’une dalle de lino peut atteindre 150 €/m2. Le coût de travaux complets est compris, en moyenne, entre 3 200 et 7 200 €.